Une histoire de fil, entre industrie et patrimoine : le cas de l'entreprise DMC

Auteur

Eliane MICHELON, directrice des Archives de Mulhouse

Résumé

Si l’indiennage et les différents procédés d’impression du textile ont fait l’objet de travaux récents et approfondis, l’histoire du fil lui-même, comme l’essor de sa production au milieu du XIXe siècle, a été moins étudié. Il a pourtant noué le destin d’une grande entreprise mulhousienne : DMC. Cette maison fut la première à confectionner, après de nombreuses expériences, un fil à coudre en coton mercerisé, c’est-à-dire traité pour lui donner une grande résistance et un brillant soyeux.

C’est en 2009 que l’entreprise DMC a déposé aux Archives de Mulhouse son fabuleux fonds d’archives ainsi que son petit musée, soit près de 3 kilomètres linéaires de documents. Les archivistes ont dû recenser, organiser et surtout entreprendre de classer ces archives. A l’heure actuelle, ce classement n’est pas achevé mais les instruments de recherche d’ores et déjà à la disposition des chercheurs permettent de renouveler l’histoire de cette entreprise, à la fois célèbre et mal connue.

Notre intervention se proposera d’aborder, assez rapidement, à partir de ces sources inédites l’évolution des techniques au service de la fabrication du fil et notamment l’importance du pôle chimique (mercerisage, chimie des couleurs) au sein de l’entreprise, les techniques de commercialisation, novatrices et très avancées dès le 19e siècle et les traditions sociales dont les traces existent encore de nos jours.

Je m’attarderai davantage sur la création au sein de l’entreprise, dès le milieu du 19e siècle d’un petit musée rassemblant, entre autres, une collection remarquable d’échantillons textiles, tissus brodés et autres travaux d’aiguilles, des techniques les plus populaires aux plus élaborées. Il s’agissait, pour DMC de concrétiser l’usage du fil et par là même de le faire vendre. Je m’arrêterai aussi sur l’activité de Thérèse de Dillmont, formée à l’Ecole de broderie de Vienne et collaboratrice de DMC à partir de 1884, dont le travail d’édition prend tout son sens dans ce contexte. Son Encyclopédie des ouvrages de dames, publié en 1886 est encore réédité de nos jours. A travers sa personnalité et son travail, j’aborderai le rôle social de la broderie, son évolution qualitative et artistique, en lien avec l’émergence de la bourgeoisie. Nous conclurons enfin sur la conservation et la transmission de ce patrimoine.

Eléments biographiques

Eliane MICHELON est directrice des Archives de Mulhouse et conservateur du musée DMC. Ce centre d’archives a pris en charge, en 2009 les collections rassemblées par le Centre Rhénan d’Archives et de Recherches Economiques (CERARE) entre 1983 et 2009. Il conserve bon nombre de fonds d’archives d’entreprises, notamment textiles. Les Archives de Mulhouse conservent également le fonds de l’entreprise DMC et le musée dédié à l’histoire de celle-ci.

Actualités