Wautrin Jenin, tailleur et valet de chambre de René II (1473-1508)

Auteur

Jean-Christophe BLANCHARD, docteur en Histoire, ingénieur d'études

EA 3945 CRULH – Université de Lorraine

 

 

Résumé

Wautrin Jenin, tailleur et valet de chambre de René II (1473-1508), fut anobli par ce prince le 7 avril 1496. Cette récompense venait couronner une vingtaine d’années de carrière au service du duc de Lorraine. Jenin avait déjà profité de la générosité du vainqueur du téméraire puisqu’il s’était vu octroyé une maison à Nancy (1486) ainsi que l’office de boutavant des salines de Salonnes (1487). Il faut dire qu’à partir de 1479 et jusqu’à 1507, année où il disparaît de la comptabilité ducale, Jenin n’a pas ménagé sa peine au sein de la « chambre » de l’hôtel.

La comptabilité ducale, relativement bien conservée pour le règne de René II, permet en effet non seulement de suivre sa carrière mais surtout de connaître une part non négligeable du tissu fourni et des vêtements qu’il a réalisé, tant pour le duc que pour les hommes au service de ce dernier. À titre d’exemple, dans le 6e compte de Jehan Gerlet d’Amance, chambre aux deniers du duc, concernant l’année 1496, année de l’anoblissement de Wautrin, ce dernier apparaît à huit reprises. La première mention concerne ses gages de valet de chambre (90 francs). Les autres mentions concernant ses interventions sont plus ou moins détaillées. Mais une rubrique à part lui est réservée : « les parties de Waultrin, tailleur ». La quantité, le type, la couleur et le prix à l’aune des tissus y sont précisés, tout comme la nature des vêtements qu’ils vont servir à confectionner. Dans l’ensemble du compte, pour cette seule année, outre ses gages, Wautrin a perçu 1557 francs, 7 gros et 2 deniers, une somme considérable.

Cette année n’est pourtant pas exceptionnelle, comme l’analyse d’autres registres le montrera. On notera également que l’anoblissement n’a pas empêché dans les années qui l’ont suivi au tailleur d’exercer son métier, au moins au service du prince, et de continuer d’en tirer de substantiels profits. Il ne s’agira donc pas ici d’avoir une idée précise de la consommation globale de textile à la cour de Lorraine mais plutôt d’en avoir un aperçu par le biais d’une personnalité marquante au service du duc dans le domaine vestimentaire.

Eléments biographiques

Jean-Christophe Blanchard est docteur en Histoire de l’Université Nancy 2, aujourd’hui Université de Lorraine, où il travaille sur la Lorraine de la fin du Moyen Age au sein du CRULH (Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire EA3945). Sa thèse sur l’Armorial d’André de Rineck (Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 3336) a été publiée aux éditions du Léopard d’Or en 2008. Ses recherches portent sur l’héraldique, la sigillographie, la numismatique et l’emblématique lorraine. Il a publié D’alérions en alérions. Dix siècles d’images héraldiques lorraines (Haroué : Gérard Louis, 2012). Il est membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique.

Bibliographie sélective

PIPONNIER Françoise, Costume et vie sociale. La Cour d'Anjou, XIVe-XVe siècles, Paris - La Haye, Mouton, 1970 (Ecole Pratique des Hautes Etudes, VIe section, coll. «Civilisations et sociétés», vol. 21).

BLANCHARD Jean-Christophe, SCHNEIDER Hélène (dir.), René II, lieutenant et duc de Bar (1473-1508), [Actes du colloque tenu à Bar-le-Duc les 27 et 28 septembre 2013], Annales de l’Est, n° spécial 2014, 2014.

Actualités